La démocratie chez les abeilles: Un modèle de société par Thomas D. Seeley

La démocratie chez les abeilles: Un modèle de société

Titre de livre: La démocratie chez les abeilles: Un modèle de société

Éditeur: Quae

Auteur: Thomas D. Seeley


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Thomas D. Seeley avec La démocratie chez les abeilles: Un modèle de société

Les abeilles prennent des décisions collectivement et démocratiquement. Chaque année, elles se trouvent devant une question de vie ou de mort, celle du choix et du déplacement vers une nouvelle demeure. Thomas D. Seeley nous révèle les capacités incroyables de ces insectes à prendre des décisions consensuelles et efficaces.

Au début de l’été, lors de l’envol de la vieille reine (accompagnée des deux tiers de sa ruche trop peuplée), une équipe d’éclaireuses part à la recherche d’un nouveau nid. Elles exécutent des danses pour décrire les nouveaux sites potentiels et engagent un inlassable débat avec l’ensemble des abeilles de la ruche pour arriver, enfin, à un consensus sur le nid choisi. Dès lors que l’adhésion est totale, l’envol est immédiat. L’essaim est piloté jusqu’à la nouvelle demeure et s’y installe sans la moindre hésitation à la suite de sa reine.

L’auteur nous raconte cette histoire fabuleuse, dont il a étudié tous les aspects avec la passion d’un amoureux des abeilles et l’ingéniosité d’un chercheur hors pair. Il met à nu les mécanismes décisionnels dont les éléments clés sont : l’absence d’un leader, un comité d’experts, le partage des informations, le débat contradictoire, le consensus. Nous voyons là une forme de démocratie participative à l’œuvre et son bénéfice au niveau de la réussite de l’espèce.

En quittant les aspects strictement comportementaux de l’essaimage, il nous emmène dans les coulisses neuronales de la prise de décision dans des populations animales contrastées. Il révèle des similarités de fonctionnement entre deux entités cognitives bien différentes (mais d’un même poids) : un cerveau de primate et une colonie d’abeilles. Au niveau unitaire, l’opinion (dansée) d’une seule abeille serait l’équivalent de l’excitation d’un seul neurone chez le primate.

Thomas D. Seeley trace avec humour et poésie son excursion au cœur d’un essaim d’abeilles, ce « superorganisme » qui donne une leçon de sagesse collective par sa façon de prendre la meilleure décision pour le groupe et sa survie.

Livres connexes

Les abeilles prennent des décisions collectivement et démocratiquement. Chaque année, elles se trouvent devant une question de vie ou de mort, celle du choix et du déplacement vers une nouvelle demeure. Thomas D. Seeley nous révèle les capacités incroyables de ces insectes à prendre des décisions consensuelles et efficaces.

Au début de l’été, lors de l’envol de la vieille reine (accompagnée des deux tiers de sa ruche trop peuplée), une équipe d’éclaireuses part à la recherche d’un nouveau nid. Elles exécutent des danses pour décrire les nouveaux sites potentiels et engagent un inlassable débat avec l’ensemble des abeilles de la ruche pour arriver, enfin, à un consensus sur le nid choisi. Dès lors que l’adhésion est totale, l’envol est immédiat. L’essaim est piloté jusqu’à la nouvelle demeure et s’y installe sans la moindre hésitation à la suite de sa reine.

L’auteur nous raconte cette histoire fabuleuse, dont il a étudié tous les aspects avec la passion d’un amoureux des abeilles et l’ingéniosité d’un chercheur hors pair. Il met à nu les mécanismes décisionnels dont les éléments clés sont : l’absence d’un leader, un comité d’experts, le partage des informations, le débat contradictoire, le consensus. Nous voyons là une forme de démocratie participative à l’œuvre et son bénéfice au niveau de la réussite de l’espèce.

En quittant les aspects strictement comportementaux de l’essaimage, il nous emmène dans les coulisses neuronales de la prise de décision dans des populations animales contrastées. Il révèle des similarités de fonctionnement entre deux entités cognitives bien différentes (mais d’un même poids) : un cerveau de primate et une colonie d’abeilles. Au niveau unitaire, l’opinion (dansée) d’une seule abeille serait l’équivalent de l’excitation d’un seul neurone chez le primate.

Thomas D. Seeley trace avec humour et poésie son excursion au cœur d’un essaim d’abeilles, ce « superorganisme » qui donne une leçon de sagesse collective par sa façon de prendre la meilleure décision pour le groupe et sa survie.

Les abeilles prennent des décisions collectivement et démocratiquement. Chaque année, elles se trouvent devant une question de vie ou de mort, celle du choix et du déplacement vers une nouvelle demeure. Thomas D. Seeley nous révèle les capacités incroyables de ces insectes à prendre des décisions consensuelles et efficaces.

Au début de l’été, lors de l’envol de la vieille reine (accompagnée des deux tiers de sa ruche trop peuplée), une équipe d’éclaireuses part à la recherche d’un nouveau nid. Elles exécutent des danses pour décrire les nouveaux sites potentiels et engagent un inlassable débat avec l’ensemble des abeilles de la ruche pour arriver, enfin, à un consensus sur le nid choisi. Dès lors que l’adhésion est totale, l’envol est immédiat. L’essaim est piloté jusqu’à la nouvelle demeure et s’y installe sans la moindre hésitation à la suite de sa reine.

L’auteur nous raconte cette histoire fabuleuse, dont il a étudié tous les aspects avec la passion d’un amoureux des abeilles et l’ingéniosité d’un chercheur hors pair. Il met à nu les mécanismes décisionnels dont les éléments clés sont : l’absence d’un leader, un comité d’experts, le partage des informations, le débat contradictoire, le consensus. Nous voyons là une forme de démocratie participative à l’œuvre et son bénéfice au niveau de la réussite de l’espèce.

En quittant les aspects strictement comportementaux de l’essaimage, il nous emmène dans les coulisses neuronales de la prise de décision dans des populations animales contrastées. Il révèle des similarités de fonctionnement entre deux entités cognitives bien différentes (mais d’un même poids) : un cerveau de primate et une colonie d’abeilles. Au niveau unitaire, l’opinion (dansée) d’une seule abeille serait l’équivalent de l’excitation d’un seul neurone chez le primate.

Thomas D. Seeley trace avec humour et poésie son excursion au cœur d’un essaim d’abeilles, ce « superorganisme » qui donne une leçon de sagesse collective par sa façon de prendre la meilleure décision pour le groupe et sa survie.